et encore plus !

Qui sommes-nous ?

Association pour la Promotion de Riom et de son Territoire 17 avenue jean JAURES - 63200 MOZAC federationapr@gmail.com

Nous écrire

C'kado

Le chèque cadeau de proximité !

Commandez ici

Stationnement

Ou se garer à Riom

RLV Mobilités

Venez en bus !

Une BD humoristique pour changer le monde

img946

Comme le jeune homme de son dernier roman graphique, "Comment les paradis fiscaux ont ruiné mon petit-déjeuner", le volvicois François Samson-Dunlop respire l'énergie et l'humour. Des traits de caractère nécessaires pour dénoncer le phénomène du détournement d'argent par les entreprises multinationales vers des comptes offshore.
Car, selon le FMI, 50 % des transactions financières transitent par des paradis fiscaux. Rencontre avec un auteur engagé et sensible à son environnement, qui rêve d'allumer chez ses concitoyens l'étincelle qui les décidera à agir.

De Montréal à Volvic

Comment notre bédéiste a-t-il atterri à Volvic ? Son patronyme, Dunlop, a-t-il un rapport avec l'univers du célèbre manufacturier de pneumatiques local ? Pas du tout nous répond-t-il : « Mon nom de famille est bien d'origine écossaise comme le fondateur de la marque, mais je n'ai aucun lien de parenté avec John Boyd Dunlop. Du moins, nous n'en avons pas trouvé. Nos recherches s'arrêtent à une famille de prolétaires dans un quartier ouvrier de Glasgow. » « Je suis pour ma part originaire de Montréal et possède la double nationalité franco-canadienne. Avec ma compagne, originaire de Volvic, nous nous sommes installés ici en 2013 trouvant le lieu propice pour réaliser nos projets personnels et professionnels. Il est au centre de nombreuses voies de communication, à proximité de Clermont tout en restant proche de la nature. Et le prix de l'immobilier reste accessible, au contraire de Montréal... »

Fasciné par le pouvoir des médias

« J'ai choisi le journalisme par passion pour les médias et leur pouvoir critique. Je me suis aussi beaucoup inté- ressé à l'impact des images sur le public... La référence, pour moi, c'est Médiapart. Nous avons de la chance, en France, de disposer d'un journalisme de ce type, à la fois informatif, participatif et indépendant ! Pour toutes ces raisons, j'ai choisi de m'exprimer par la BD, que je pratique depuis longtemps. Une façon de faire du journalisme "sans y toucher"... De rendre lisible un discours qui pourrait paraitre rébarbatif. Mon travail n'en reste pas moins journalistique : je me plonge dans des recherches puis imagine scénario et dessins. »

Un parcours du combattant drôle et instructif

L'auteur raconte la difficile conception de son roman graphique, entre son travail - ses revenus d'auteur-journaliste étant encore insuffisants - la naissance de son enfant et le sujet passionnant mais complexe des paradis fiscaux. « Tout est parti d'une commande d'Ecosociété, une maison d’édition québécoise spécialisée sur les grands enjeux sociaux et écologiques et leurs liens avec la politique. Le sujet des paradis fiscaux m'intéressait et j’étais familier avec l’œuvre du philosophe et spécialiste des paradis fiscaux québécois Alain Deneault. Le défi consistait à traduire son discours sous forme de roman graphique. J'ai commencé à me documenter et j'ai fini déprimé, littéralement hanté par le sujet sans plus savoir par où commencer... Finalement je me suis dit que le mieux, pour toucher les lecteurs et lectrices, était de me servir de mes obsessions pour créer mon personnage principal. » De fait, le héros, un jeune trentenaire, prend conscience un matin de l'emprise tentaculaire des paradis fiscaux sur sa vie. Il décide alors de ne plus consommer de produits fabriqués par les entreprises complices de l'évasion fiscale. Sous le regard amusé (et avisé) de sa compagne, il découvre peu à peu qu'il lui faut renoncer à de très nombreux objets de la vie courante. Un vrai parcours du combattant servi par un humour décapant, dont le but est de pousser à l'action.

img971Tout seul, on n’arrive à rien

Le bédéiste franco-canadien, qui ne cache pas son militantisme, n’aime pas l’image du colibri qui tente seul dans son coin d’arroser un incendie. « Ce n’est pas bon, parce que la maison continue de brûler. Il faut travailler ensemble. » Son album fait réaliser à quel point l'évasion fiscale est de nature politique et appelle des réponses collectives. En exemple, il rappelle la volteface opérée en 2019 par Amazon, suite à la mobilisation de citoyens et activistes de New York opposés à l'installation du siège social du géant attiré par de généreux avantages fiscaux. Avec cette BD, l'auteur franco-canadien lance un appel à une révolte, qui, comme sa bande dessinée, se ferait dans la joie. Telles les manifestations de casseroles lors de la grève étudiante de 2012 au Québec. « On était en colère, mais c’était drôle », rappelle-t-il. « Le Québec a fait pression pour l’éducation en 2012, pourquoi ne pas recommencer pour une question qui touche absolument tout le monde, tous les jours ? Les sommes importantes que pourraient récupérer les gouvernements dans les paradis fiscaux pourraient être investies dans les services publics, comme la santé, le transport et l’éducation ! » rappelle-t-il.

Le plaisir de faire ses courses localement

« Faire vivre nos commerces locaux et nos centres-villes est un autre défi à relever. Il faut ralentir notre rythme de vie et accepter une certaine lenteur. Arrêter de vouloir acheter tout, tout de suite, tout le temps et au même endroit ! Non seulement ce n'est pas possible, mais cela participe à vider nos centres-villes des petits commerces locaux et à déshumaniser nos relations. Que vont devenir nos villes et villages sans les commerçants ? Ils en sont l'âme ! Regardez l'évolution de la ville de Volvic depuis le développement de la zone commerciale à proximité. Mis à part Le petit panier rouge, Happy Plantes et quelques autres, il y a tellement peu de commerces indépendants pour une commune qui compte près de 5000 habitants, c'est impressionnant ! C'est en patientant dans une file d'attente, en navigant de commerce en commerce, en choisissant le centre-ville... qu'on multiplie les occasions de communiquer. Bien plus qu'en considérant les courses comme une corvée et en centralisant nos achats en un seul lieu. En plus, on réfléchit nos achats donc on consomme moins et mieux ! »

S'impliquer pour repenser les villes

Un changement de mentalité qui appelle à repenser les villes : « Parallèlement, nous devons réaménager les centresvilles. Leur accès, le stationnement doivent être facilités. C'est pourquoi je porte une grande attention à la démocratie locale et à l'échelon municipal. C'est la sphère politique qui touche notre quotidien et paradoxalement, nous nous y intéressons souvent peu. Pourtant il existe de multiples façons de s'impliquer sans forcément être élu. Faire partie d'un mouvement citoyen qui fera pression sur les politiques par exemple. On a tendance à se dédouaner en objectant qu'on ne connait rien à la politique. Certes ! Mais chacun connait son environnement et peut proposer une action pour l'améliorer. C'est en se réunissant qu'on apprend à travailler ensemble, avec ses voisins. Et il existe différents niveaux d'engagement selon qu'on est célibataire, en couple, avec ou sans enfants, retraité... Au final, quand une action concrète aboutit, c'est tellement encourageant de réaliser qu'on a le pouvoir, à plusieurs, de changer les choses! Si un commerce essentiel manque en centre-ville par exemple, rien n'empêche de se renseigner auprès de la municipalité pour mieux comprendre le contexte. De se regrouper et de proposer des solutions : un loyer modéré pour installer ce commerçant... »

La passion donne sens au petit commerce

Loin d'être pessimiste, François Samson-Dunlop affirme que « la tendance de la consommation commence à s'inverser. C'est à mon avis le meilleur moment pour lancer des projets de commerces indépendants. La crise sanitaire nous a montré combien il difficile de vivre sans se rencontrer "en vrai" et non virtuellement. Les citoyens sont avides de contacts sociaux et de commerçants, qui défendent leurs produits. Un caviste, par exemple, sera capable de parler de chacun de ses vins, d'expliquer les raisons de sa sélection. C'est l'expertise et la passion des commerçants qui donnent sens au petit commerce. »

  • MaBoutik FÊTE SON PREMIER anniversaire !

    img842

    C'était en juin 2020. En pleine crise sanitaire, l'agglomération Riom, Limagne et Volcans, en partenariat

    Lire la suite
  • JE M'OFFRE UN RESTO... LOCAL

    img734

    Si le restaurant nous a tant manqué, c'est qu'il offre un moment d'exception. Pourtant mesuret-on

    Lire la suite
  • Victor Monteiro, LA PASSION DU SERVICE

    img69

    Au centre d'une caverne d'Ali Baba d'où émergent téléviseurs, fers à repasser et grille-pains,

    Lire la suite
  • Décalage horaire

    img39

    Que les choses soient bien claires entre nous : le 100% subjectif que vous lisez en cette fin oût-début

    Lire la suite
  • Une BD humoristique pour changer le monde

    img946

    Comme le jeune homme de son dernier roman graphique, "Comment les paradis fiscaux

    Lire la suite


C'kado

La solution qui permet d'offrir des chèques cadeaux chez vos petits commerçants préférés. Faites plaisir en favorisant le commerce de proximité.

Commander des chèques C'kado


Apparaitre sur ce site


Vous souhaitez apparaître sur ce site ?


Faire une demande

Logo Espace Mozac OK positif vertical

logo Riom centre 2014

RiomSud

logo tourisme riom

riom limagne volcans 2

CCI63Logo2012petit

Coeur Economique LOGO01